Perdre du poids : manger moins ou manger mieux ?

Perdre du poids : manger moins ou manger mieux ?

Manger moins et bouger plus n’est pas la solution

Si on mange trop de calories, on s’engraisse. Mais pourquoi consomme-t-on trop d’énergie ?

Réponse simple : parce que nous sommes des sédentaires ayant un accès constant à la nourriture.La solution logique serait de réduire sa consommation d’aliments et augmenter sa dépense énergétique pour maigrir.

Le problème? Ça peut marcher si on souffre d’un léger embonpoint, mais c’est peu efficace chez les obèses, qui reprennent souvent les kilos perdus. Pas par manque de volonté. Mais plutôt parce que « manger plus et bouger moins » et un symptôme de l’obésité plus que la cause.

Prise de poids et modifications biologiques

Le vrai coupable serait la mauvaise qualité de notre alimentation, modifiée à outrance par l’industrie, qui nous transforme biologiquement.

Cette alimentation entraîne une hausse du taux d’insuline, qui fait en sorte que l’énergie consommée soit stockée dans les tissus adipeux, donc moins disponible. Pire encore, on voit une diminution du glucagon, une hormone qui permet de relâcher l’énergie qui est en réserve. Les gens sont donc dans un état de carence physiologique: ils ont faim et sont fatigués, peu après avoir mangé. Ils remangent alors, encore et encore.

Ne vous êtes-vous jamais demandé pourquoi il y avait de plus en plus de personnes en situation d’obésité ?

Et si les glucides se méritaient ?

La solution est simple: il faut beaucoup mieux s’alimenter. On a trop tendance à prendre une petite friandise mais celle-ci doit se mériter… Et ça se mérite par l’exercice physique !

Le but du sucre est de recharger le muscle en énergie alors pourquoi en manger si on n’a pas « épuisé » ses réserves ? Vous arrêtez-vous à la station service lors que votre voiture à déjà le plein ? Non ! Alors pourquoi consommez-vous des glucides si vous n’en avez pas besoin ?

Que faut-il sortir de son panier d’épicerie? Pas tous les gras comme on l’a longtemps cru, mais plutôt les glucides comme le sucre, les biscuits, les gâteaux, les pâtes, le riz et le pain blancs, selon une étude publiée dans Public Health Nutrition. Sans oublier les boissons gazeuses, riches en fructose qui augmente le taux de ghréline (hormone de la faim).

En bref, limitez les aliments à index glycémique (IG) élevé mais ne vous attardez pas sur l’IG d’un seul aliment, mais tenez compte de l’ensemble du repas. Par exemple, le pomme de terre à un IG assez élevé mais si on la mange dans une soupe aux légumes, l’index glycémique du repas ne sera pas aussi élevé que si on la mange toute seule, en purée.

Cuisinez tout vous-même

Il vaut mieux éviter tous les produits ultra-transformés parce que leur teneur en sucre, en gras et en sel joue sur les hormones qui régulent l’appétit.

Il faut évidemment fuir les céréales sucrées du petit déjeuner, mais aussi les boissons gazeuses diètes, les sauces en conserve, les yaourts contenant des substances laitières modifiées, etc. Qui a dit que ce serait facile ?

Jean-Claude Moubarac, chercheur en nutrition publique à l’Université de São Paulo, au Brésil, recommande aux gens de cuisiner le plus possible à la maison ou de manger dans des endroits où on cuisine comme à la maison. « C’est sûr que c’est un défi. Mais il y a des gens qui y arrivent, parce qu’ils mettent ça comme priorité dans leur vie, en considérant que c’est important pour leur santé.», dixit J-C Moubarac.

Mangez plus sainement c’est facile.

Le guide alimentaire mis en place par le Brésil contient les recommandations nutritionnelles les plus actuelles et les plus pertinentes aujourd’hui, pourquoi n’essayerez-vous pas de les appliquer chez vous ?

  1. Faites des aliments frais ou minimalement transformés la base de votre alimentation.
  2. Utilisez gras, sel et sucre en petites quantités, quand vous cuisinez.
  3. Limitez la consommation d’aliments transformés, comme le fromage, le pain et les fruits conservés dans le sirop.
  4. Évitez la consommation de produits ultra-transformés, comme les boissons gazeuses, les céréales sucrées et les nouilles instantanées.
  5. Mangez à des heures régulières, sans faire autre chose en même temps, en bonne compagnie le plus souvent possible.
  6. Achetez vos aliments dans des endroits qui offrent une grande variété d’aliments peu transformés (supermarchés, marchés publics) ou directement chez les producteurs.
  7. Développez et partagez vos compétences culinaires.
  8. Prévoyez du temps pour faire les courses et la cuisine, planifiez les repas et partagez la responsabilité des repas avec les autres membres de votre famille.
  9. Choisissez les restaurants qui servent des plats cuisinés sur place. Évitez les chaînes de restauration rapide.
  10. Méfiez-vous des publicités et du marketing.

Article inspiré de « Toutes les calories ne sont pas égales » que vous pouvez lire en entier sur le site http://lapresse.ca

By |2017-05-07T17:40:21+01:00mai 7th, 2017|Non classé|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment